OEUVRES

 

 

VOIR TROPICAL AMNESIA

TROPICAL AMNESIA

Short film

Marie Minot, juillet 2016.

 

 Un goût amer dans la bouche, la gorge sèche
Le crâne qui enfle à chaque nouveau battement de cœur
La désagréable impression de ne pas être restée maître de soi

Voilà ce que nous pouvons lire dans le dernier travail de Marie Minot, qui semble à travers ces images nous donner à voir et à sentir la construction d’une mémoire reconstituée sur les débris de la veille, voire d’une autre existence. L’énigmatique Tropical Amnesia évoque un retour à soi après une longue apnée : des souvenirs qui remontent à la surface par bribes, d’autres qui stagnent entre deux eaux…

Ce travail effleure l’idée d’un mécanisme protecteur de la conscience, transformant un choc dont la mémoire a effacé le souvenir en d’autres images illusoires. Appliquée au médium photographique, la technique du collage numérique employée par M.M. procède précisément de ce mécanisme, puisque l’origine des clichés se perd au profit d’une nouvelle vision, d’une création semblable à ce que Paul Ricoeur nomme une identité narrative (La Mémoire, l’histoire, l’oubli). Les jeux de calques, de superpositions et de masques interviennent comme autant de moyens de faire le deuil de ce qui a été, s’approprier l’image-source potentiellement traumatique afin de se libérer de sa persistance – créer des mirages en somme.

Alice Cazaux.

 

TROPICAL AMNESIA

Marie Minot

Short form, July 2016.

A bitter taste in the mouth, dry throat The skull that swells with each new heartbeat The unpleasant impression of not being master of oneself This is what we can read in Marie Minot’s last work, Through these images we see and feel the construction of a memory Built on the remains of the previous day, or even on another existence. The enigmatic Tropical Amnesia Evokes a return to oneself after a long apnea: memories Which rise to the surface in pieces, others that stagnate between two waters … This work touches the idea of a protective mechanism of consciousness, Transforming a shock whose memory has erased the memory into other illusory images. Applied to the photographic medium, the technique of collage The numerical method employed by M.M. proceeded precisely from this mechanism, since the origin of clichés is lost in favor of a new vision, a creation Similar to what Paul Ricoeur calls A narrative identity (Memory,History, oblivion). The sets of layers, overlays and masks go through many means of mourning which have been, The potentially traumatic image-source in order to free oneself from its Persistence – create mirages in short.

Alice Cazaux.

 

 

 

 

 

 

Vues exposition TROPICAL AMNESIA avec Benjamin Braitberg,  juillet 2016.
Vues exposition TROPICAL AMNESIA avec Benjamin Braitberg, galerie Le Laboratoire bordeaux juillet 2016.

 

 

TROPICAL AMNESIA. Réminiscence amoureuse 3. Impression sur soie naturelle ensablée, 2016.

 

 

p1060872

 

L’infinie beauté d’une trajectoire brisée. Word piece.  Sable sur verre, 2016.

 

 

Installation exposition TROPICAL AMNESIA, 2016. Peinture, sable, impressions sur aluminium anodisé.

 

reminiscence-4
Réminiscence amoureuse 4. Digital collage, 1/3  2016.

 

reminiscence-1
Réminiscence amoureuse 1. Digital collage, 1/3  2016.

 

Ava on the shore, TORN BEAUTIES. Digital collage sur diasec. 25×25 cm, pièce unique 2016.

 

Réminiscence amoureuse 14. Digital collage 1/3 2016.

 

Electra, TORN BEAUTIES. Digital collage sur diasec. 25×25 cm, pièce unique 2016.

 

Laurens, TORN BEAUTIES. Digital collage sur diasec. 25×20 cm, pièce unique 2016.

 

TORN BEAUTY. Affiche, 2016.

 

Graphic sculpture bis. Digital collage, 2016.

 

TROPICAL AMNESIA. Digital collage, 2016.

 

3
TROPICAL AMNESIA. Digital collage. Transfert photogravure par Emmanuel Gatti, pièce unique 2016.

 

IN THE SHADE OF TRUTH. Digital story 2014.

Installation rétroprojection. Laque sur miroir, disque 40 cm diam. 75×100 cm.

Ce dispositif presque cinématographique se veut spectaculaire, mais on doit le contourner pour faire la netteté. Premier paradoxe. A l’écran une suite de tableaux désincarnés, trempés dans un univers froid, provoque une impression bancale – les collages ne sont pas fluides. À peine saisie l’image se transforme en son double, seul le reflet d’une lune noire persiste, In the shade… La lecture du script est tronquée, les images ne sont que des simulacres. Elles ne racontent rien d’autre que ce qu’elles sont. Alice Cazaux.

 

 

undressed#1. Digital collage, 2015.

 

COLD1

 

COLD 1 et 2. Digital collages aux dimensions variables, fine art limité à 3 éditions, 2014.

 

SELF BLEU. Agrandissements polaroids x 4 sur papier fine art. Camera 600, 2014.

 

ESCAPE. Digital collage, 2013.

 

Classical sculpture. Composition digitale, 2013.

 

La piscine. Installation vidéoprojection sur carrelage, Espace29 Bordeaux 2010.

 

Vue exposition personnelle Millefeuille, Espace29 bordeaux 2010.

 

Silverstrong#1

Silverstrong#2

Silverstrong#3
SILVERSTRONG 1, 2, 3. Compositions digitales aux dimensions variables. Fine art limité à 3 éditions, 2010.

 

Doom#1

 

Doom#2
DOOM 1, 2. Compositions digitales aux dimensions variables. Fine art limité à 3 éditions, 2010.

 

 

Vue installation exposition Millefeuille. Peinture, carrelage, impressions numériques contrecollées sur aluminium. 2010.

 

Providence coupe 1

Providence coupe 2
PROVIDENCE 1, 2. Compositions digitales aux dimensions variables.  Fine art limité à 3 éditions, 2010.

 

Elle#1

 

Elle#2
ELLE 1, 2. Compositions digitales aux dimensions variables. Fine art limité à 3 éditions, 2010.

 

Neverdie#1

Neverdie#2

Neverdie#3

neverdie#4
NEVERDIE 1, 2, 3, 4. Compositions digitales aux dimensions variables. Fine art limité à 3 éditions, 2009.